La vie d'une photo

La photo du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, publiée par Le Figaro du 26 mai 2016, semble tomber à pic pour illustrer un article dénonçant le climat de tension sociale.

Son portrait est accompagné d'un titre : L'homme qui veut mettre la France à genoux.

Dans quelles conditions a-t-elle été produite?

 

Lire la suite : La vie d'une photo

Détecter les manipulations d'images

Whereonthe.net

TinEyeGoogle Images

L'image est omniprésente dans l'information. Il y a presque une obligation d'illustrer. Ce qui n'est pas imagé se vend sûrement moins, peut-être est-ce lié à la dimension faussement rassurante de l'image dans un contexte de baisse de confiance des Français en leurs médias traditionnels d'information. Par ailleurs, l'organisation des équipes chargées du traitement de l'information a considérablement évolué, dans un contexte de réduction drastique des effectifs et d'un usage accru des UGC, acronyme de "user generated contents". En bon français, les contenus générés par les utilisateurs. Dans des rédactions restructurées en pôles, on trouve désormais des "pôles web et réseaux sociaux" dont la mission est de repérer les infos chaudes, d'en vérifier la véracité et d'acquérir les droits d'usage au plus vite. Les tragiques événements de Bruxelles le 22 mars nous en ont donné une nouvelle illustration. Lire, à ce sujet, ce post du blog Making Off de l'AFP : http://blogs.afp.com/makingof/?post/ugc-bruxelles-attentats-reporters-involontaires

La question des images hors-contexte ou manipulées est à nouveau posée. Comment détecter une image manipulée ou sortie de son contexte?
- Dépasser l'émotion face à un événement dramatique, prendre la distance nécessaire face au document pour pouvoir réfléchir et raisonner.
- Réapprendre à observer pour déceler les détails qui trahissent le "faux" ou le "fake" (heure et luminosité, météo ce jour-là conforme à celle du document, plaques d'immatriculation, signalisation, uniformes conformes au lieu photographié, etc...).
-Analyser les métadonnées, quand elles sont encore présentes... et en gardant à l'esprit qu'elles peuvent être éditées:

- Utiliser les outils numériques en ligne, moteurs de recherche image comme :

InVIDEt pour la vidéo?

Le projet européen InVID (In video veritas...) entend fournir aux professionnels de l'info un service en ligne comparable à celui du logiciel Tungstène pour la photo. Le site d'InVID présente le projet et les techniques mises en œuvre ainsi qu'une vidéo de démonstration. Non trafiquée, bien sûr... Un outil à suivre avec attention.

http://www.invid-project.eu

Comment détecter une théorie du complot?

Difficile pour un site gouvernemental de toucher la raison de ceux qui succombent aux théories du complot... surtout si le titre de celui-ci prévient : On te manipule ! C'est pourquoi celui-ci est destiné aux enseignants et ambitionne de nous donner des outils pour enseigner l'esprit critique - le vrai - à nos élèves.

Parmi ces outils, le "détecteur de théorie du complot" suivant, une sorte de petit jeu de l'oie intellectuel qui organise la réflexion face à une information qui dénonce l'existence d'un complot ou d'une conspiration.

 

Cliquez dessus pour faire apparaître le Détecteur en taille normale !

http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule

S'informer fatigue - 1993

S'informer fatigue - Ignacio Ramonet, 10/1993L'avantage du travail en équipe, c'est la mutualisation des talents, des compétences, de nos mémoires. Un de nos plus fins limiers du temps passé nous fit part d'une réminiscence : Un article d'Ignacio Ramonet paru dans Le Monde diplomatique, le journal qu'il dirigea de 1990 à 2008, d'octobre 1993. Aujourd'hui, ces archives sont en ligne.

En 1993, il analyse l'évolution de la presse écrite confrontée à l'information télévisée. Il observe la place donnée à l'image comme celle donnée au désormais "spectateur" de l'histoire du monde en marche. Il dénonce la simplification du discours des médias dans un monde en train de se complexifier. Il défend une certaine façon d'informer, et une conception de l'acte de s'informer :

Au Monde diplomatique, nous estimons que s’informer demeure une activité productive, impossible à réaliser sans effort et exigeant une véritable mobilisation intellectuelle. Une activité assez noble, en démocratie, pour que le citoyen consente à lui consacrer une part de son temps et de son attention. Si nos textes sont en général plus longs que ceux d’autres journaux et périodiques, c’est qu’il est souvent indispensable de rappeler les données fondamentales d’un problème, ses antécédents historiques, sa trame sociale et culturelle, son épaisseur économique, afin de mieux en saisir toute la complexité.

Que sont nos nouveaux médias d'information? Que sont devenus les anciens?
Dans un monde toujours plus complexe où les technologies ont changé, où les sources se sont multipliées, où les modèles économiques ont évolué, peut-on faire l'économie de l'effort? Ne faut-il pas apprendre et enseigner à en faire de nouveaux?

Cela ne devient-il pas une absolue nécessité, 23 ans après?

http://www.monde-diplomatique.fr/1993/10/RAMONET/45706